Semaine de sensibilisation
Semaine de sensibilisation en écoles élémentaires Ecole Camille Magne   Ecole Port-Sud Session 2015 Notre   association   MCV   intervient   pour   la   quatrième   année   consécutive,   dans   le   cadre   d’un projet d’action de sensibilisation auprès des enfants des écoles primaires. Depuis    la    loi    du    11    février    2005    relative    à    l'égalité    des    droits    et    des    chances,    la participation   et   la   citoyenneté   des   personnes   handicapées,   le   handicap   est   envisagé   dans   sa dimension    sociale,    c'est-à-dire    en    prenant    en    compte    la    situation    du    jeune    dans    son environnement. Cette    volonté    d’intégration    revêt    une    importance    particulière    pour    les    enfants    et    les adolescents   fragilisés   par   une   maladie   ou   par   un   accident.   Favoriser,   leur   accueil   dans   un cadre    éducatif    ordinaire,    constitue    une    démarche    de    partage,    de    mixité    sociale,    une ouverture sur les autres. C’est également une façon de les préparer à une vie autonome. L’école,   comme   les   centres   de   loisirs   représentent   des   lieux   privilégiés   d’apprentissage   et de   socialisation.   Aux   travers   des   pratiques   partagées,   les   enfants   et   les   jeunes   apprennent la   tolérance,   le   respect   de   leurs   différences   et   la   nécessaire   solidarité   dont   la   société   a besoin.   L’aspect   ludique   des   activités   culturelles   ou   physiques   proposées   favorise   la   notion d’intégration.  Pour    assurer    au    mieux    la    cohésion    des    discours    et    de    cette    démarche    commune d’intégration,   il   nous   est   paru   nécessaire   que   les   personnes   participant   à   l’organisation   et   à l’animation de ces journées puissent s’y préparer du mieux possible. Le   but   de   notre   petit   livret   est   donc   de   vous   présenter   le   cadre   de   notre   structure   et   de nos   interventions,   de   faire   connaissance   avec   notre   approche   du   handicap   et   nos   méthodes de   travail   autour   de   la   sensibilisation   et   de   vous   permettre   de   vous   y   intégrer   l’espace   de ces journées.
Les journées de sensibilisation Les   journées   de   sensibilisation   permettent   d'ouvrir   de   nouvelles   perspectives   et   de   changer   le   regard   collectif   sur   le   handicap à   l'École.   Cette   action   s’inscrit   dans   la   continuité   de   nos   différents   projets   menés   autour   de   la   sensibilisation   depuis   notre création en 2009. Ces journées sont l’occasion de faire le point avec le public sur nos représentations du handicap. Par    la    réflexion    et    l’apport    de    quelques    informations,    elles    nous    aident    à    dépasser    les    barrières    des    préjugés    et    des représentations. Les   actions   mises   en   place   se   veulent   à   la   fois   ludiques    et   didactiques .   L’approche   ludique   étant   un   facteur   d'intégration   et   un terrain   de   partage   et   de   solidarité   universelle.   Elles   permettent   aux   jeunes   de   se   mettre   en   situation   et   de   verbaliser   leurs ressentis. L’initiative poursuit plusieurs objectifs : Sensibiliser les élèves et les adultes aux enjeux de la scolarisation des élèves handicapés ; Accompagner   les   jeunes   dans   leur   apprentissage   de   la   citoyenneté,   en   leur   permettant   d’être   acteurs   de   la   vie   de   la   cité   et   d’y mettre du sens au quotidien ; Faire évoluer les pratiques et les mentalités en ayant une approche réfléchie du handicap ; Tendre à atténuer les préjugés, et les phénomènes de discrimination ; Favoriser des échanges enrichissant en s’appuyant sur les expériences des participants ; Valoriser les actions engagées par le ministère chargé de l'Éducation nationale, les académies et leurs partenaires. Intervenants : Membres de MCV, de la mairie, enseignants, parents volontaires (accompagnateur d’un groupe ou animateur d’un atelier), qui forment une communauté éducative. Lieux, dates et horaires Les actions se situent en général dans les Ecoles    Les dates sont définies par les Ecoles Les horaires sont adaptés au temps de classe. Organisation : Les   journées   sont   construites   avec   l’implication   du   cadre   enseignant   qui   intègre   ses   journées   dans   le   cursus   scolaire   tout   en respectant les directives de l’éducation nationale. La   démarche   de   sensibilisation   et   de   réflexion   autour   du   handicap   avec   les   enfants   se   fait   aux   travers   d’ateliers.   Par l’expérience   des   actions   passées,   nous   avons   fait   le   choix   de   prendre   d’avantage   de   temps   pour   échanger   et   donc   sensibiliser. De ce fait, chaque niveau participe à un seul atelier correspondant à un type de situation de handicap. Les ateliers se déroulent de la façon suivante : - Répartition des enfants au sein de différents groupes, - Accueil des groupes et présentation de l’atelier, - Mise en situation de handicap, période de pratique, - Retour, questionnement et réflexion sur la notion de handicap au quotidien. - Bilan. Le matériel. M.C.V.   en fonction des ateliers mis en œuvre, prépare et achemine tous les éléments matériels utiles au déroulement de chaque session pratique des ateliers. Objectifs de lassociation M.C.V L'association crée en 2009 a notamment pour objet : La promotion et le développement des activités physiques et sportives adaptées au profit des jeunes et adultes en situation de handicap au travers du sport partagé. L’organisation d’actions de sensibilisation. Le soutien dans l'expérience de l'initiative et de la responsabilité, de la citoyenneté ... Des thèmes que nous abordons : Les bienfaits de la pratique sportive (santé, épanouissement, socialisation), La sensibilisation sur le handicap (informations, l’accessibilité, la pratique sportive...), La Formation. Une   de   nos   ambitions,   est   de   contribuer   à   l’émergence   réelle   d’une   prise   de   conscience   et   d'une   gouvernance notamment   locale.   Celle-ci   repose   sur   l’identité   et   la   proximité   des   Communes,   la   dynamique   fédératrice   de   la Communauté   de   Communes   et   la   participation   citoyenne   qui   interroge   et   contribue   à   la   qualité   de   la   délibération publique. Cette participation valorise le dialogue social, et l’implication citoyenne de chaque personne. Une de nos finalité est donc « d’amplifier » ce  dialogue social, d’ouvrir un espace où s’expriment diverses compréhensions du fonctionnement de la cité, les représentations des rôles que s’attribuent les acteurs, leurs propositions pour maintenir et renforcer la cohésion sociale, les conditions d’une participation de tous à la gestion des affaires locales.  Des valeurs fondamentales : la Solidarité et le savoir-vivre ensemble Définition de la situation de handicap : Le   handicap   reste   encore   une   notion   très   subjective,   souvent   mal   utilisée   et   presque   toujours   connotée   de   façon négative.   Dans   nos   représentations   collectives,   il   est   associé   à   l’image   stéréotypée   de   la   personne   en   fauteuil   roulant ou de la canne blanche Pourtant   selon   une   enquête   de   l’INSEE,   publiée   en   2002,   12   millions   de   Français   -   soit   plus   d’une   personne   sur   quatre –   se   déclarent   victimes   d’une   déficience.   Sur   38   millions   d’actifs,   près   de   13%   indiquent   une   limitation   de   leur capacité de travail. La notion de handicap recouvre donc une grande diversité de situations. Selon la loi, le handicap se définit par «   toute   limitation   d'activité   ou   restriction   de   participation   à   la   vie   en   société   subie   dans   son   environnement   par   une personne   en   raison   d'une   altération   substantielle,   durable   ou   définitive   d'une   ou   plusieurs   fonctions   physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant. »
L’origine des déficiences :
Les ateliers  Le déroulement de la séance de sensibilisation  Les actions de sensibilisation son axées sur nos représentations d’une personne en situation de handicap. La démarche et les supports utilisés doivent permettre la réflexion, la libre expression et les échanges.   Les ateliers suivent un déroulement commun : •	un temps d'accueil ; •	un temps d’interrogation, de réflexion et d’échanges ; •	un temps de sensibilisation au travers d’une mise en situation ; •	un temps de retour, de questionnement, d’information et de bilan.  Les ateliers proposés sont liés : •	à la déficience motrice,  •	à la déficience visuelle,  •	à la déficience auditive,  •	à la situation de grand handicap moteur.   La déficience mentale et la déficience psychologique ne font pas l’objet d’atelier, mais peuvent être abordées au cours des échanges.   Notre intervention sur le milieu scolaire est ponctuelle, elle doit amener à prendre conscience des problématiques liées au handicap, mais nous avons quand même pour objectif d’ancrer notre message dans le temps, de changer notre regard.    La mise en situation de handicap :  La  mise en situation permet de se mettre, l’espace d’un instant,  à la place d’une personne en situation de handicap. Au travers de ce vécu, l’idée est de réfléchir et de comprendre comment s'organise une personne handicapée avec sa déficience. Cela permet d'aborder de manière pratique et concrète les notions d'accessibilité et de relations humaines.  Il est important de s’attarder sur la démarche qui consiste à  se dire : « comment faire autrement, et de réussir à faire autrement. », c'est-à-dire de rester dans une démarche constructive.  La mise en situation de handicap permet d’aborder des problèmes quotidiens et d’envisager les adaptations possibles dans notre environnement et dans nos mentalités pour solutionner ces difficultés. Cela permet parfois aussi de prendre conscience de toutes nos capacités.    Les temps de réflexion, d’échanges  et de questionnement :  Les temps de réflexion et d’échanges sont les moments qui donnent du sens à notre action. Ainsi, la mise en situation est autrement perçue que comme une simple activité ludique et de découverte.   C’est le moment privilégié pour aborder les différents types de déficiences (intellectuelles, sensorielles ou motrices), les problématiques au quotidien et la place d’une personne en situation de handicap dans la société. C’est un temps de travail sur nos représentations, nos préjugés.   C’est le moment pour transmettre des messages, sur la différence, l’accessibilité, le vivre ensemble, la solidarité.
Les 6 grandes familles de handicap : La tentation d’établir une typologie des différentes déficiences est forcément réductrice, mais elle permet de donner un éclairage sur la diversité des situations de handicap. Le handicap moteur   Il recouvre lensemble des troubles pouvant entraîner une atteinte partielle ou totale de la motricité, notamment des  membres supérieurs et/ou inférieurs   (difficultés pour se déplacer, conserver ou changer une position, prendre et   manipuler, effectuer certains gestes). En France, 8 millions de personnes sont   touchées par une déficience motrice, de la  plus légère (rhumatisme, arthrose) à   la plus lourde (miplégie, paraplégie, tétraplégie). Contrairement aux idées   reçues,  seulement 1% des personnes handicapées utilisent un fauteuil roulant. Le handicap visuel     Il   concerne   les   personnes   aveugles,   mais   aussi,   dans   la   majorité   des   cas,   les   personnes   malvoyantes.   Dans   certains   métiers,   une personne daltonienne peut-être reconnue comme handicapée. En France, 1 500 000 personnes sont malvoyantes, 60 000 sont aveugles.
Le handicap auditif     La   perte   auditive   totale   est   rare.   Comme   pour   le   handicap   visuel,   la   plupart   des   déficients   auditifs   possèdent   «   des   restes   auditifs »   pour   lesquels   les   prothèses   auditives   apportent   une   réelle   amplification.   Un   certain   nombre   de   personnes   sourdes   utilisent   la langue   des   signes   et   d’autres   la   lecture   sur   les   lèvres   pour   communiquer.   Sur   6   millions   de   personnes   sourdes   et   malentendantes, seulement 100 000 utilisent le langage gestuel. Le handicap psychique  Aucune   définition   exhaustive   n’est   possible.   Néanmoins   on   peut   retenir   que   les   personnes   atteintes   de   difficultés   d’ordre   psychique souffrent   d’un   malaise   qui   peut   se   traduire,   à   certains   moments,   par   des   comportements   déroutants   pour   les   autres,   car   éloignés des conduites convenues et habituelles. La déficience intellectuelle     Cest  une  difficulté  à  comprendre  et  une  limitation  dans  la  rapidité  des  fonctions mentales sur le plan de la  compréhension, des connaissances et de la cognition. Les incapacités qui en découlent peuvent avoir des degrés différents et  perturber lacquisition de la mémorisation des connaissances, lattention, la communication, lautonomie sociale et professionnelle,  la stabilité émotionnelle et le comportement. Les    m a l di e s in v alidantes        Toutes    les    maladies    respiratoires,    digestives,    parasitaires,    infectieuses    (diabète,    hémophilie,    sida,    cancer,    hyperthyroïdie…) peuvent   entraîner   des   déficiences   ou   des   contraintes   plus   ou   moins   importantes.   Elles   peuvent   être   momentanées,   permanentes   ou évolutives. Près de la moitié des maladies invalidantes sont d’origine respiratoire ou cardio-vasculaire.