Histoire handisport
Handisport selon l'Encyclopédie LAROUSSE Introduction Né   en   Grande-Bretagne,   juste   après   la   Seconde   Guerre   mondiale,   le   handisport   a   acquis   sa   reconnaissance   mondiale grâce   aux   jeux   Paralympiques   organisés   depuis   1960.   Des   championnats   nationaux   et   internationaux   ont   également   lieu, discipline par discipline.    Le   handisport   est   géré   au   plus   haut   niveau   par   le   Comité   international   paralympique   (C.I.P.),   fondé   en   1989   et regroupant   160   comités   paralympiques   nationaux   ;   en   2001,   le   C.I.P.   a   passé   accord   avec   le   Comité   international olympique pour garantir l'organisation des jeux Paralympiques dans les jours qui suivent les jeux Olympiques.     Les débuts du handisport   C'est   à   l'hôpital   militaire   de   Stoke   Mandeville,   près   de   Londres,   qui   accueillait   notamment   des   pilotes   de   la   Royal Air   Force   devenus   paraplégiques   ou   ayant   été   amputés   après   les   combats   de   la   Seconde   Guerre   mondiale,   que le   neurochirurgien   sir   Ludwig   Guttman   eut   l'idée   de   leur   faire   pratiquer   des   activités   sportives   (principalement basket-ball et tir à l'arc) pour contribuer à leur rééducation.    Puis,   en   1948,   pendant   les   jeux   Olympiques   qui   se   déroulaient   à   Londres,   il   mit   à   profit   les   équipements sportifs   de   l'hôpital   pour   organiser   une   compétition   entre   handicapés.   Le   mouvement   paralympique   était   né.   Les jeux   Paralympiques   eux-mêmes   virent   officiellement   le   jour   en   1960,   à   l'occasion   des   jeux   Olympiques   de Rome. L'aventure des jeux Paralympiques   Les jeux Paralympiques d'été   Après   Rome,   les   jeux   Paralympiques   ont   eu   lieu   à   Tokyo   en   1964,   puis   la   tradition   s'est   maintenue   de   les organiser   la   même   année   que   les   jeux   Olympiques.   Jusqu'en   1988,   ils   se   sont   tenus   dans   des   villes,   voire   dans des   pays   autres   que   ceux   des   jeux   Olympiques   :   Tel-Aviv   au   lieu   de   Mexico   en   1968   ;   Heidelberg   au   lieu   de Munich   en   1972   ;   Toronto   au   lieu   de   Montréal   en   1976   ;   Arnhem,   aux   Pays-Bas,   au   lieu   de   Moscou   en   1980   ; Stoke   Mandeville   et   New   York   au   lieu   de   Los   Angeles   en   1984.   C'est   depuis   les   Jeux   de   Séoul   que   les   jeux Paralympiques d'été sont eux aussi organisés sur les mêmes sites que les jeux Olympiques. Les   Jeux   d'Athènes   (17-28   septembre   2004)   ont   réuni   près   de   4   000   compétiteurs,   représentant   146   délégations (122    à    Sydney    en    2000).    Leur    programme    comportait    dix-neuf    disciplines,    donnant    lieu    à    162    épreuves individuelles   ou   collectives.   Au   tableau   des   médailles,   la   Chine   (63   médailles   d'or   et   141   médailles   au   total),   la Grande-Bretagne   et   le   Canada   se   sont   classés   en   tête   des   nations.   La   France   (18   médailles   d'or   et   74   au   total)   a occupé le 9e rang.   Les jeux Paralympiques d'hiver   En   1976   sont   apparus,   en   Suède,   les   premiers   jeux   Paralympiques   d'hiver,   qui,   depuis   1992   à   Albertville,   sont organisés sur les mêmes sites que les jeux Olympiques. Les   Jeux   de   Turin   (10-19   mars   2006)   ont   réuni   486   compétiteurs,   représentant   39   délégations.   Leur   programme comportait   cinq   disciplines   :   ski   alpin   (24   épreuves),   ski   de   fond,   biathlon,   hockey   sur   luge   et,   pour   la   première fois,   curling   en   fauteuil.   Au   tableau   des   médailles,   la   Russie   (13   médailles   d'or   et   33   médailles   au   total), l'Allemagne   et   l'Ukraine   se   sont   classées   en   tête   des   nations.   La   France   est   arrivée   en   4e   position,   avec   un   total de 15 médailles, dont 7 en or. Pour   garantir   les   chances   de   chaque   concurrent,   les   athlètes   sont   classés   en   fonction   de   leur   type   de   handicap. Après   avoir   été   définies   en   vertu   de   critères   purement   médicaux,   les   nombreuses   catégories   dans   lesquelles   ils étaient   répartis   ont   été   ramenées   à   trois   seulement   en   2002   :   les   athlètes   concourant   «   debout   »   ;   les   athlètes concourant   «   assis   »   ;   les   athlètes   déficients   visuels.   En   conséquence,   les   titres   paralympiques   sont   passés   de   92 à 58 pour les Jeux d'hiver. Les sports pour handicapés Les   sports   pratiqués   par   les   handicapés   sont   de   deux   types   :   les   sports   traditionnels   adaptés   et   les   sports spécialement créés pour certains handicaps.   Les sports traditionnels adaptés aux handicapés   Les   règles   de   ces   sports   sont   partiellement   ou   complètement   adaptées   à   la   nature   du   handicap   physique   des compétiteurs.   Ce   sont   essentiellement   :   l'athlétisme,   l'aviron,   le   badminton,   le   basket-ball,   le   biathlon,   le   jeu   de boules,   le   canoë-kayak,   le   char   à   voile,   la   course   d'orientation,   le   cyclisme   (en   solo   ou   en   tandem)   sur   route   et sur   piste,   le   cyclotourisme,   l'équitation,   l'escalade,   l'escrime,   le   football   à   5   en   salle,   le   golf,   l'haltérophilie,   le handball,   le   judo,   le   karting,   la   natation,   la   plongée   sous-marine,   la   randonnée   pédestre,   le   ski   alpin,   le   ski nautique,   les   sports   aériens   (voltige,   parapente…),   les   sports   de   glace   (patinage),   le   tennis,   le   tennis   de   table,   le tir à l'arc, le tir au fusil ou à la carabine sur cibles ou plateaux, le triathlon, la voile et le yoga.     Les sports spécialement créés pour s'adapter à certains handicaps   Il   s'agit   de   sports   tels   que   le   céci-foot   (pour   déficients   visuels   majeurs),   le   foot-fauteuil   électrique   et   le   hand-bike (pour   sportifs   en   fauteuil   roulant),   le   goalball   et   le   torball   (sports   collectifs   pour   personnes   non-voyantes   et malvoyantes).   Le céci-foot Il   se   pratique   en   salle   par   équipes   de   deux.   Le   ballon   contient   des   billes   dont   le   bruit   permet   aux   joueurs   de   se repérer dans l'espace.   Le foot-fauteuil électrique Seul   sport   collectif   de   compétition   proposé   aux   grands   handicapés,   il   se   pratique   sur   un   terrain   de   basket   et oppose deux équipes de quatre joueurs. La partie dure deux fois quinze minutes.   Le handbike C'est   un   sport   de   course   pour   personnes   amputées   des   membres   inférieurs.   Il   se   pratique   avec   un   fauteuil   muni d'un pédalier actionné par les mains.   Le goalball et le torball Si   le   torball   est   très   pratiqué   en   France   et   dans   le   reste   de   l'Europe,   le   goalball   l'est   davantage   en   Amérique   et   en Océanie,   et   ce   dernier   semble   se   développer   plus   rapidement.   Les   deux   jeux   se   pratiquent   par   équipes   de   trois joueurs   avec   une   balle   sonore   contenant   des   clochettes   ;   le   terrain   est   délimité   par   des   lignes   tactiles   permettant aux   joueurs   de   se   repérer.   Appliquant   des   principes   similaires,   ces   deux   jeux   se   différencient   par   la   dimension plus   ou   moins   importante   du   terrain,   la   durée   des   périodes   de   jeu   et   le   poids   du   ballon.   L'usage   de   bandeaux opaques   cachant   les   yeux   permet   aux   joueurs   dont   le   niveau   de   déficience   visuelle   est   éventuellement   différent d'avoir des chances égales.   Le handisport en France La   première   organisation   française   qui   se   soit   chargée   de   rassembler   les   invalides   sportifs,   l'Association   des mutilés   de   France,   a   été   fondée   en   1954   par   Philippe   Berthe.   En   1963,   elle   a   donné   naissance   à   la   F.S.H.P.F. (Fédération   sportive   des   handicapés   physiques   de   France),   qui,   en   1976,   a   fusionné   avec   la   F.F.O.H.P.   (Fédération française   omnisports   des   handicapés   physiques),   créée   trois   ans   plus   tôt.   La   nouvelle   organisation   a   pris   le   nom, en   1977,   de   Fédération   française   handisport   (F.F.H.),   qui   a   été   reconnue   association   d'utilité   publique   en   1983   ; elle gère une trentaine de disciplines, dont l'athlétisme, le basket-ball, le cyclisme, la natation, le ski et le tennis. Parmi   les   champions   français   de   handisport   se   sont   notamment   illustrés   les   athlètes   Mustapha   Badid   (course   de fond   et   marathon   en   fauteuil)   et   Claude   Issorat   (sprint   court   et   long   en   fauteuil),   la   nageuse   Béatrice   Hess,   le basketteur d'origine malienne Abou Konaté ou encore Solène Jambaqué en ski alpin et Anne Floriet en biathlon.
Précédant Précédant