PATRIMOINE & ENVIRONNEMENT....
Roller et Patrimoine du RM3V
Le Val-Saint-Germain Canton de Saint-Chéron Arrondissement d'Étampes Superficie : 1257 ha Population 1999 : 1 438 hab. Habitants : les Valgerminois Cours d'eau : la Rémarde Origine du nom : du latin vallis vallée, vallon » et du saint éponyme.  
         Au   cours   du   XIIe   siècle,   les   moines   de   l'abbaye   des   Vaux-de-Cernay,   défrichent   les   forêts   du   Val   et   assèchent les   terres   marécageuses   du   Marais.   Le   premier   seigneur   connu   du   territoire,   dont   il   porte   le   nom,   est   Jean   de Saint-Germain   en   1282.   La   famille   de   Saint-Germain   est   alliée   aux   Saint-Yon,   seigneurs   du   Marais,   mentionnés   dès 1260.          A   la   fin   du   XVe   siècle.   les   deux   seigneuries   sont   aux   mains   de   la   même   famille.   Jean   de   Vignay   et   son   fils Antoine   héritent   d'une   terre   en   pitoyable   état   :   la   guerre   civile   entre   Armagnacs   et   Bourguignons   a   ravagé   la région   de   Dourdan,   les   maisons   sont   en   ruine.   les   champs   à   l'abandon   et   les   fermiers   ont   disparu.   Antoine   de Vignay remet de l'ordre dans son domaine et construit le deuxième château du Marais.          En   1516.   jean   Hurault   conseiller   au   Parlement   de   Paris   et   maître   des   requêtes,   achète   le   Marais   qu'il   agrandit considérablement   et   dont   il   plante   le   parc.   La   seigneurie   prend   alors   le   pas   sur   toutes   les   autres   seigneuries   du Val.   Le   pèlerinage   de   Sainte-julienne   commence   à   se   développer.   Au   XVIIe   siècle   est   construit   le   troisième château du Marais. dont ne subsistent que les communs aujourd'hui transformés en musée.          Les   Hurault   conservent   le   Marais   jusqu'en   1706.   En   1767.   le   trésorier   général   de   l'artillerie   Jean   Lemaître   en devient   Propriétaire.   Il   fait   édifié   par   Barré,   de   1772   à   1780,   un   somptueux   château   sur   l'emplacement   du précédent,   dans   lequel   il   engloutit   sa   fortune,   et   qui   passe   en   1784   à   sa   nièce   Mme   de   La   Briche.   La   Terreur épargne le domaine.          Après   la   Révolutlon,   la   vie   du   village   reprend   son   cours.   animée   par   les   pèlerinages   et   par   la   société   qu'attire Mme   de   La   Briche.   En   janvier   1899,   le   Marais   est   acheté   par   Boni   de   Castellane.   Celui-ci   utilise   la   fortune   de   son épouse,   Anna   Gould,   pour   redonner   vie   et   éclat   au   Marais.   Mais   leur   divorce   met   fin   aux   rêves   grandioses   de   Boni de   Castellane.   En   se   remariant,   Anna   Gould   apporte   le   Marais   à   la   famille   de   l'un   de   ses   hôtes   illustres   : Talleyrand.       Lieu   de   résidence   privilégié   des   artistes   et   de   la   bonne   société,   Le   Val-Saint-Germain   ne   cesse   cependant   de voir   sa   population   décliner,   faute   de   se   situer   près   des   grands   axes   de   communication   et   d'être   desservi   par   le train.   Après   la   Seconde   Guerre   mondiale.   Violette   de   Talleyrand-Périgord   s'attache   à   la   restauration   et   à l'animation du Marais.  
SOUCHES DE CIERGES XVIIIe et XIXe siècles Bois, métal peint et marbre Eglise Saint-Germain-de-Paris  
         Le   culte   de   sainte   Julienne   de   Nicomédie,   réputée   guérir   de   la   peste,   du   choléra et   de   maux   divers,   a   donné   naissance   à   un   pèlerinage   extrêmement   populaire   aux XVIIIe et XIXe siècles.       Pendant   la   semaine   de   la   Pentecôte,   500   à   600   pèlerins,   venus   de   400   paroisses des     diocèses-voisins     se     rendaient     au     Val-Saint-Germain.     Ils     offraient,     en témoignage   de   gratitude,   en   leur   nom   personnel   ou   au   nom   de   leur   ville,   paroisse   ou confrérie, des souches de cierges.       Ces   sortes   de   chandeliers,   aux   formes   les   plus   diverses,   sont   «   en   marbre,   en bois,   en   métal,   travaillés   comme   des   chefs-d'oeuvre   de   maîtrise   ou   grossièrement taillés ». La plupart ont été détruits, mais il en reste cependant une centaine.  
FONTAINE SAINTE JULIENNE Allée Sainte Julienne          Une   fois   l'office   terminé   et   les   dévotions   accomplies,   les   pèlerins   se rendaient   à   la   fontaine   Sainte   Julienne,   alors   surmontée   d'un   buste   de   la sainte.          Aujourd'hui,   ce   buste   en   bois   polychrome   est   placé   dans   une   niche   sous l'abri.   Sainte   Julienne   était   invoquée   pour   favoriser   la   délivrance   des femmes en couches et pour conserver la santé des enfants.          Les   femmes   observaient   attentivement   le   visage   de   la   sainte   dont   les joues   faisaient   figure   de   présage   :   plus   elles   étaient   rouges,   meilleure était l'année a venir.  
CHÂTEAU DU MARAIS 1772 et 1780 Architecte : Jean-Benoît-Vincent Barré Pierre blanche Le Marais
MADAME DE LA BRICHE Vers le XVIIIe siècle Aquarelle Musée du Château du Marais
        Adélaïde-Edmée    Prévost    (1755-1844),    nièce    du    trésorier    Le    Maistre, intelligente,   raffinée   et   d'une   grande   culture,   épouse   en   1780   Alexis-Janvier de La Live de La Briche.             Devenue   en   1784   propriétaire   du   Marais,   elle   y   anime   un   salon   littéraire   brillent   Saint-Lambert,   Marmontel,   l'abbé   Morellet,   et   Florian,   qui   trouve   en elle   une   inspiratrice.   Après   la   Révolution,   «   l'institution   la   plus   solide   et   la plus    régulière    de    la    monarchie    »    reprend    :    Chateaubriand,    Sainte-Beuve, Mérimée en sont des habitués.             Chaque   été,   Mme   de   La   Briche,   avec   sa   fille   Caroline,   comtesse   Molé,   fait jouer   la   comédie   :   ce   sont   les   «   grands   jours   »   du   Marais.   Aimable   et   bonne, elle attire au Marais et dans les environs une brillante société.
CALÈCHE COUCOU Début du XIXe siècle Fabricant : Hudeline Murée des Attelages, Château du Marais  
   Inspirée   du   «   coucou   »,   voiture   publique   utilisée   au   début   duXIXe   siècle et   sous   la   Restauration   pour   le   transport   des   voyageurs   entre   Paris   et   les villes   proches,   cette   grande   charrette   couverte   était   utilisée   pour   de courts déplacements.             Six    passagers,    voire    davantage,    s'asseyaient    à    l'arrière,    sur    deux banquettes   longitudinales.   En   juchant   des   voyageurs   près   du   cocher   et   sur l'impériale, le « coucou » pouvait transporter jusqu'à 12 personnes.          Une   capucine,   petite   capote   repliable,   abritait   le   cocher.   Quatre   autres voitures   de   ce   type   seulement   sont   connues,   dont   les   origines   confirment le caractère « parisien » de ce véhicule.  
ÉGLISE SAINT-GERMAIN-DE-PARIS XIe et XVIe siécles Grès et pierre Rue du Village
   L'église est consacrée à saint Germain, évêque de Paris en 555, fondateur de l'église Saint-Vincent devenue Saint-Germain-des-Prés, dont dépendait l'abbaye des Vaux-de-Cernay et qui possédait de nombreuses terres en Ile-de-France.       L'édifice   comporte   une   nef   romane,   étroite,   aujourd'hui   désaffectée,   où   sont   encore   visibles   de   grandes   arcades   du   XIIe siècle.   Un   mur   la   sépare   du   grand   choeur   daté   du   XVe   siècle,   dont   le   chevet   plat   s'orne   d'une   grande   baie   encadrée   de   petites fenêtres qui éclairent les chapelles latérales.          L'église,   dotée   au   XVIIIe   siècle   d'un   beau   mobilier   en   bois   peint   et   sculpté,   a   échappé   à   la   destruction   pendant   la   Révolution. A l'entrée, une stèle funéraire de marbre noir rappelle le souvenir de Mme de La Briche.  
GASTON PALEWSKI Années 1960 Photographie Musée Gaston-Palewski, Château du Marais
   Diplômé   de   l'Institut   d'études   politiques   et   de   l'Ecole   du   Louvre, Gaston   Palewski   (1901-1984)   entre   dans   la   carrière   politique   comme collaborateur du maréchal Lyautey au Maroc, puis de Paul Reynaud.          Directeur   du   cabinet   du   général   de   Gaulle   à   Londres,   Alger   et   Paris, vice-président   de   l'Assemblée   nationale,   ambassadeur   à   Rome,   deux fois   ministre,   président   du   conseil   constitutionnel,   il   est,   pendant   50 ans,   un   acteur   majeur   de   la   vie   politique   française,   qu'il   marque   par son engagement total auprès du général de Gaulle.          Homme   d'une   grande   culture,   directeur   puis   président   d'honneur   de la   Revue   des   Deux-Mondes,   membre   de   l'Institut,   il   a   oeuvré   pour   la protection du patrimoine et la sauvegarde de Venise.
MIROIR D'EAU 1772 et 1780 Architecte : Jean-Benoit-Vincent Barré (100 x 550 m) Château du Marais
   La   Rémarde,   encadrée   par   les   ruisseaux   d'Angervilliers   et   de   Briis,   a   permis   à   Barré   de   remplacer la   «   grande   et   magnifique   pièce   d'eau   »   préexistante   par   cet   immense   miroir,   le   plus   grand   après celui de Versailles, bien utile pour drainer ce fond de vallée qui donne son nom à la seigneurie.          Mme   de   La   Briche,   qui   aimait   particulièrement   cette   promenade,   y   entraînait   régulièrement   ses hôtes   pour   leur   faire   admirer   la   vue   qui   s'offre   de   l'extrémité   du   miroir   sur   le   château   qui   clôt   la perspective,   ainsi   que   les   jeux   de   lumière   qui   s'y   reflètent.   C'était   aussi   un   cadre   de   choix   pour   les fêtes grandioses qu'y organisait Boni de Castellane.  
JARDIN À LA FRANÇAISE Début du XXe siècle Architecte : Achille Duchêne Château du Marais
Boni   de   Castellane   confie   la   restauration   et   la   transformation   du   parc   à   Achille   Duchêne,   grand   connaisseur   de   l'art de   Le   Nôtre,   qui   a   déjà   redonné   vie   à   nombre   d'oeuvres   du   maître.   Duchêne   fournit   un   projet   grandiose   conforme aux goûts fastueux du comte.             Les   travaux   débutent   en   1903.   Devant   la   façade   est   du   château,   un   vaste   parterre   rectangulaire   de   pelouses   et de   broderies,   percé   au   centre   d'un   bassin   oblong,   est   encadré   par   une   rivière   doublée   d'un   canal.   Mais   les   multiples jets   d'eau,   les   bosquets   magnifiques   et   le   canal   réservé   à   l'aviron   ne   sont   pas   aménagés   :   les   travaux   sont   arrêtés en 1906, lors de la séparation de Boni de Castellane et de son épouse Anna Gould.
FERME DES SUEURS Début du XIXe siècle Les Sueurs
S ituée   sur   le   plateau   dominant   le   Val   entre   Orge   et   Rémarde,   la   ferme   des   Sueurs   est   typique   des   grandes fermes   isolées   du   Hurepoix,   souvent   des   anciennes   fermes   seigneuriales   qui   s'ordonnent   autour   d'une   cour   à   peu près carrée.          L'accès   se   fait   par   un   grand   et   haut   porche.   Le   logis   se   distingue   des   autres   bâtiments,   tant   par   le   plan   que par   l'élévation   sur   un   ou   parfois   deux   étages.   Les   vastes   granges   sont   percées   de   lucarnes   équipées   de   poulies. La mare, élément primordial quand l'eau est à trop grande profondeur,   est à proximité immédiate de la ferme.
MAISON RURALE XIXe siècle Pierre et enduit Place de la Mairie
Lino   Ventura,   nom   d'acteur   d'Angelo   Borrini,   est   né   à   Parme   le   14 juillet   1919.   Arrivé   en   France   avec   ses   parents   en   1927,   il   a   exercé plusieurs    métiers    avant    de    devenir    lutteur    professionnel    et champion d'Europe de lutte en 1950.             Un   accident   lui   a   imposé   de   renoncer   à   cette   carrière   et   l'a indirectement   amené   au   métier   de   comédien.   Peu   après   son   arrivée en France, la famille Borrini s'était installée dans cette maison.          Lino   Ventura   était   un   habitant   fidèle   du   Val   :   il   y   a   rencontré Odette,   son   épouse,   et   c'est   également   du   Val-Saint-Germain   qu'il animait   sa   fondation   Perce-Neige.   Il   repose   au   Val   depuis   octobre 1987.
JEAN BRIEL dit JEAN TOURANE Vers 1960 Photographie Mairie          Jean   Tourane   (1919-1986)   est   le   père   de   l'un   des   plus   célèbres   héros animalier   de   la   télévision   :   le   canard   Saturnin.   Peintre   et   photographe d'animaux   à   ses   débuts,   il   produit,   de   1954   à   1957,   trois   films   dont   le héros est un canard.          En   1964,   il   signe   avec   la   télévision   un   contrat   portant   sur   78   épisodes des   Aventures   de   Saturnin.   Il   s'entoure   de   grands   talents   :   Louise   de Vilmorin    pour    les    textes,    Robert    Lamoureux    pour    la    lecture    des commentaires. Ricet Barrier prête sa voix au caneton.             En   1994,   les   droits   sont   rachetés   par   des   Américains   et   Saturnin devient   «   Dynamo   Duck   ».   Jean   Briel   a   été   maire   du   Val-Saint-Germain pendant dix ans.
TOMBE DE GEORGES CHAUVEL 1962 Sculpteur : Georges Chauvel Marbre et pierre Cimetière
G eorges   Chauvel,   né   à   Elbeuf   en   1886,   étudie   la   sculpture   aux   Beaux-Arts   de Rouen   pendant   trois   ans,   mais   il   se   forme   surtout   par   la   réflexion   personnelle, sans maître, bien qu'il soit sensible à l'oeuvre de Rodin et de Bourdelle.          Sa   carrière   de   sculpteur   prend   sa   véritable   dimension   après   la   Première Guerre   mondiale   :   il   expose   pour   la   première   fois   aux   Indépendants   en   1919,   et très régulièrement, dans les grands salons.              Auteur   de   nombreux   monuments   aux   morts,   il   reçoit   plusieurs   commandes de   l'Etat   et   de   la   Ville   de   Paris.   Après   1945,   il   restaure   les   statues   du   parc   de Versailles. Sa tombe est surmontée de l'une de ses oeuvres.
FRESQUE 1 941 Peintre: Robert Lanz        Eglise Saint-Pierre Breuillet