Tour de l’AUDE partie 1
Le tour de l’AUDE 2010 par JEAN-PHILIPPE
Le   département   de   l'Aude   (Aude   en   occitan)   est   un   département   français   de   la   région Languedoc-Roussillon,   dont   le   nom   vient   du   fleuve   côtier   l'Aude.   Ce   département   se   situe dans   le   sud   de   la   France   et   a   pour   chef-lieu   Carcassonne,   célèbre   grâce   à   sa   cité,   une   ville fortifiée   médiévale   à   double   rempart   très   bien   conservée.   L’Aude   présente   de   nombreux paysages   et   un   patrimoine   riche   et   varié   favorisant   un   tourisme   en   pleine   expansion. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 11. Sommaire 1 Histoire 1.1 Les premiers hommes 1.2 La paix romaine 1.3 Diverses occupations 1.4 Mise en place des comtés 1.5 Le catharisme en Aude 1.6 La crise protestante et l’expansion économique du département 1.7 La création du département 1.8 Le XXe siècle 2 Géographie 2.1 Régions naturelles 2.2 Paysages 2.3 Géologie 2.4 Climat 2.5 Hydrographie 3 Économie 3.1 Agriculture et pêche 3.2 Viticulture 3.3 Industrie et énergie 3.4 Artisanat 4 Démographie 5 Transport 6 Politique 7 Éducation 8 Culture 8.1 Fêtes et traditions 8.2 Sport 8.3 Gastronomie 8.4 Langue occitane 9 Tourisme 9.1 Patrimoine architectural et urbain de l’Aude 9.2 Spéléologie 9.3 Communes ayant plus de 10% de résidences secondaires en 2006 10 L'Aude dans l'art 10.1 Au cinéma 10.2 Vu par les peintres 11 Personnalités de l’Aude 12 Divers   1 - Histoire 1.1 Les premiers hommes
Crâne de l'Homme de Tautavel découvert à Tautavel, non loin de l'Aude Des   traces   humaines   sont   trouvées   dans   le   département   vers   1   500   000   ans   av.   J.-C.   sous   forme   de   percuteurs   et   d'outils   travaillés   sur la   butte   de   Grazailles   à   Carcassonne.   Mais   la   découverte   la   plus   intéressante   est   celle   du   crâne   de   l’homme   de   Tautavel   faite   par   Henry de   Lumley   sur   la   commune   de   Tautavel   dans   les   Pyrénées-Orientales.   C’est   le   plus   vieux   crâne   connu   en   Europe.   Il   date   d’environ   450   000 ans av. J.-C.. L'homme de Tautavel vivait vraisemblablement dans toute la région. 1.2 La paix romaine Les   romains   dirigés   par   le   général-consul   Domitius      Ahenorbarbus   s’installent   tout   d’abord   à   Narbonne   en   118   av.   J.-C.   sur   l’oppidum   de Montlaurès   qui   devient   la   capitale   de   la   province   et   un   port   marchand   très   actif.   L’emplacement   est   stratégique   puisqu’il   se   situe   au carrefour   de   la   voie   Aquitania   et   la   voie   Domitia   ainsi   qu’en   bord   de   mer   et   près   de   l’embouchure   de   l’Aude.   Carcassonne   devient   latine   en 30   av.   J.-C.   avec   de   nombreuses   exploitations   agricoles   céréalières.   Pendant   près   de   deux   siècles,   l’Aude   est   en   paix   et   l’économie   de   la région se développe très fortement. 1.3 Diverses occupations L es   Wisigoths   envahirent   le   pays   en   435   alors   que   Flavius   Aétius,   sénateur   romain,   était   occupé   à   réprimer   les   bagaudes,   des   brigands   de la   Gaule.   En   507,   la   bataille   de   Vouillé   remporté   par   Clovis   lui   permit   de   conquérir   Toulouse   et   l’Aquitaine   mais   il   ne   put   récupérer   le territoire   de   l’Aude   qui   resta   aux   mains   des   wisigoths,   grâce   au   secours   du   roi   des   ostrogoths,   dont   les   troupes   battirent   le   fils   du conquérant   franc   en   508.   La   région   faisait   alors   partie   de   la   Septimanie,   ainsi   appelée   car   elle   se   composait   de   sept   évêchés   que   les   rois wisigoths   y   avaient   établis   :   Elne,   Agde,   Narbonne,   Lodève,   Béziers,   Maguelonne   et   Nîmes.   La   Septimanie   recouvrait   l’Aude   mais   aussi toute la région Languedoc-Roussillon. 1.4 Mise en place des comtés En   817,   Louis   le   Débonnaire   détache   le   Carcassès   et   le   Razès   de   la   Septimanie   pour   les   réunir   au   marquisat   de   Toulouse   et   au   royaume d’Aquitaine.   Le   premier   comte   de   Carcassonne,   Oliba,   de   la   famille   des   comtes   de   Barcelone,   est   alors   mis   en   place   en   819.   Le   Razès   était un   autre   comté   formé   par   un   archevêque   de   Narbonne,   chassé   de   sa   ville   par   les   Sarrasins.   Il   y   avait   transporté   son   siège   épiscopal   et avait   procuré   à   ce   petit   pays   les   honneurs   du   titre   féodal.   Narbonne   format   un   troisième   comté.   Ainsi,   le   département   de   l’Aude   était formé   au   IX   siècle   de   trois   comtés   :   le   comté   de   Carcassonne,   le   comté   du   Razès   et   le   comté   de   Narbonne.   En   880,   le   comté   du   Razès   est uni par un mariage à celui de Carcassonne pour n’en être plus jamais séparé. 1.5 Le catharisme en Aude Au   XIIIe   siècle,   la   région   connait   le   développement   du   catharisme.   Cette   religion   fut   très   vite   jugée   comme   hérétique   par   l’Église catholique.   Et   face   à   son   implantation   profonde   dans   les   comtés   de   Carcassonne   et   de   Toulouse,   le   pape   Innocent   III   lance   en   1209   la croisade   contre   les   Albigeois.   Les   barons   du   nord   s’unissent   pour   former   l’armée   des   chevaliers   croisés   sous   les   ordres   de   Simon   de Montfort.   Tandis   que   le   comte   de   Toulouse   Raymond   VI   reçoit   l’absolution,   le   comte   de   Carcassonne   affronte   seul   l’armée.   La   cité   de Carcassonne devient le refuge de nombreux cathares. 1.6 La crise protestante et l’expansion économique du département En   1561,   des   troubles   religieux   apparaissent   à   Carcassonne   sous   forme   de   crise   protestante.   Le   duc   de      Henri   Ier   de   Montmorency, gouverneur   du   Languedoc,   rejoint   les   réformés   en   1574.   Côté   catholique,   c’est   le   duc   Anne   de   Joyeuse   qui   prend   la   tête   de   la   ligue catholique.   Henri   II   de   Montmorency,   est   défait   lors   de   la   bataille   de   Castelnaudary   en   septembre   1632   contre   les   troupes   royales,   puis condamné à mort et exécuté à Toulouse. 1.7 La création du département  
1.8 Carte du département de l’Aude lors de sa création en 1790 Le   département   a   été   créé   à   la   Révolution   française,   le   4   mars   1790,   en   application   de   la   loi   du   22   décembre   1789,   à   partir   d’une partie    de    l’ancienne    province    du    Languedoc.    Les    députés    des    trois    sénéchaussées    de    Carcassonne,    Limoux    et    Castelnaudary s’accordaient   pour   réclamer   des   changements   quel   que   soit   l’ordre   auquel   ils   appartenaient.   La   majorité   des   sociétés   populaires créées   dans   les   communes   fut   rattachée   au   Club   des   Jacobins,   de   préférence   au   Club   des   Cordeliers.   Le   département   de   l’Aude apparut    le    29    janvier    1790.    Les    divisions    administratives    furent    modifiées    par    la    loi    du    28    pluviôse    an    8,    qui    créa    quatre arrondissements (Poincaré les réduisit à trois en 1926) et ramena le nombre de cantons de 45 à 31. 1.9 Le XXe siècle L’Aude   connaît   une   forte   production   viticole   tandis   que   les   céréales   du   Lauragais   éprouvent   de   grandes   difficultés.   Mais,   le département   subit   la   surproduction   et   la   mévente   du   vin.   En   1907,   sous   l’impulsion   de   Marcelin   Albert   et   du   maire   de   Narbonne, Ernest   Ferroul,   la   crise   viticole   se   transforme   en   révolte   des   vignerons.   Cela   se   traduit   par   la   création   à   partir   de   1909   de nombreuses caves coopératives audoises. 2 - Géographie L’Aude   fait   partie   de   la   région   Languedoc-Roussillon.   Elle   est   limitrophe   des   départements   des   Pyrénées-Orientales   au   sud,   de l’Ariège   au   sud-ouest,   de   la   Haute-Garonne   au   nord-ouest,   du   Tarn   au   nord   et   de   l’Hérault   au   nord-est.   À   l’est,   le   département   est bordé   par   la   Méditerranée   (golfe   du   Lion)   sur   47   km.   Sa   superficie   est   de   6   343   km²   ce   qui   le   classe   au   39e   rang   des   départements français. L’Aude est aussi un département pyrénéen dont le point culminant est le pic de Madrès 2469 m. 2.1 Régions naturelles de l’Aude Dans ce département se trouvent des pays qui sont des régions naturelles :     1 - Lauragais     2 - Montagne Noire     3 - Cabardès     4 - Carcassonnais     5 - Razès     6 - Quercob     7 - Pays de Sault     8 - Minervois     9 - Corbières     10 - Narbonnais 2.2 Paysages
Paysage de montagne dans le Razès à Quillan Chaque   région   naturelle   de   l’Aude   est   marquée   par   un   paysage   particulier.   Ainsi,   à   l’est,   la   lagune   et   les   étangs   du   littoral   forment   une barrière   littorale   entre   les   terres   et   la   mer.   Ils   se   sont   formés   par   l’accumulation   des   sédiments   apportés   par   l’Aude,   l’Orb   et l’Hérault.   Ce   paysage   est   constitué   de   nombreux   étangs   où   l’eau   est   saumâtre.   Le   milieu   est   assez   contraignant   pour   la   faune   et   la flore   car   il   doit   subir   les   assauts   de   la   mer,   du   soleil,   du   dessèchement   et   des   inondations.   S’y   sont   développés   des   plantes   halophiles et c’est le lieu privilégié des animaux comme le flamant rose ou l’échasse blanche. À   l’est   dans   les   terres,   le   maquis   et   la   garrigue   dominent   le   paysage   des   zones   sèches   de   l’Aude   et   des   Corbières.   Ce   paysage   est   issu du   déboisement   et   était   entretenu   par   l’élevage   des   animaux.   La   flore   y   est   varié   et   typique.   On   y   retrouve   de   nombreuses   espèces d’orchidées.   Le   pays   de   Sault   est   dominé   par   des   hêtraies   et   des   sapinières   à   l’étage   montagnard.   Ces   forêts   sont   réputées   par   leurs champignons et détiennent une flore et une faune riche comme le lis des Pyrénées, l’euprocte ou la prêle des bois. Au   nord   et   à   l’ouest,   le   pays   de   la   montagne   noire   est   constituée   de   forêts   de   chênes   et   de   hêtres.   Le   lauragais   est   constituée   d’un paysage   de   bocage   où   l’agriculture   céréalière   façonne   les   collines.   On   y   trouve   des   plans   d’eau   comme   le   lac   de   la   Ganguise.   Enfin,   la haute   vallée   de   l’Aude   (Razès)   est   formée   d’une   ripisylve   constituée   de   hêtres,   aulnes,   peupliers   ou   frênes.   On   y   trouve   quelques tourbières assez rares dans le sud de la France. 2.3 Géologie
Carte du relief et des principales villes Les   paysages   de   l'Aude   peuvent   s’expliquer   grâce   à   la   géologie.   Au   sud,   se   trouvent   des   roches   sédimentaires   plissées   lors   de   la formation   des   Pyrénées.   Au   nord   et   au   centre,   se   trouve   des   roches   sédimentaires   moins   plissées.   À   l’extrême   est,   près   de   la Méditerranée, les roches sont entaillées de failles d'effondrement (faille normale) qui sont dues à l'ouverture du Golfe du Lion. Article connexe : Géologie des Pyrénées. La   Montagne   Noire   et   le   Minervois   au   nord   sont   constitués   de   schistes   et   de   marbre   constituant   la   limite   sud   du   Massif   central.   Ce sont   des   roches   anciennes   formées   il   y   a   plus   de   300   millions   d’années   et   déformées   par   la   formation   de   la   chaîne   hercynienne.   La Montagne d'Alaric est un pli anticlinal en forme de voûte et constitué de calcaire. 2.4 Climat Le   climat   de   l’Aude   est   un   climat   à   dominante   méditerranéenne.   L’automne   est   caractérisée   par   des   orages   violents   et   rapides.   L’été est souvent chaud et sec ce qui est favorable à la culture de la vigne et de l’olivier. Mais   le   département   est   plus   contrasté.   Au   nord,   la   montagne   noire   et   au   sud   le   pays   de   Sault   sont   des   climats   à   dominante montagnarde    avec    des    températures    parfois    très    basses    en    hiver.    À    l’ouest,    le    climat    est    à    dominante    aquitaine    avec    des précipitations    plus    importantes    tandis    qu’à    l’est    le    climat    est    purement    méditerranéen.    Au    centre,    dans    la    région    limouxine, carcassonnaise et du Razès, le climat est dit intermédiaire avec des expositions importantes aux vents. Les   vents   sont   souvent   présents   dans   l’Aude.   C’est   l’un   des   départements   français   les   plus   venteux   avec   300   à   350   jours   de   vent   par an[3].   Ce   phénomène   est   essentiellement   dû   aux   reliefs   nord   et   sud   qui   forment   un   couloir.   Du   nord-ouest   souffle   le   cers,   appelé tramontane   en   Catalogne   ou   mistral   en   Provence.   C’est   un   vent   de   terre,   sec,   violent   et   froid   en   hiver.   De   l'est   souffle   le   marin   qui devient   l’autan   au-delà   de   Castelnaudary   et   en   pays   toulousain.   Il   est   chaud   et   humide   et   provient   de   la   mer.   Ces   vents   réguliers   ont permis d’installer des parcs d’éoliennes comme à Avignonet-Lauragais. 2.5 Hydrographie Le   réseau   hydrographique   de   l’Aude   est   marquée   par   son   fleuve   du   même   nom.   Il   prend   sa   source   au   Roc   d’Aude,   traverse   les barrages   de   Matemale   et   Puyvalador   sur   le   plateau   du   Capcir   à   1500   m,   puis   traverse   le   département   du   sud   au   nord   traversant   Axat, Quillan   et   Limoux   en   suivant   la   haute   vallée   de   l’Aude.   À   Carcassonne,   le   fleuve   change   de   direction   vers   la   mer   Méditerranée   à   l’est, où il se jette près de Fleury. 3 - Économie    Le   secteur   primaire   tenait   une   place   importante   dans   le   département   de   l’Aude.   Mais   depuis   les   années   1960,   ce   dernier   est   en déclin.   3.1 Agriculture et pêche
Entrée du port de Leucate L’Aude   est   un   pays   agricole   où   la   viticulture   domine   à   l’Est   avec   les   vins   de   Corbières   ou   de   la   Clape,   dans   le   centre   avec   le   Minervois et   les   côtes   de   Malpeyre   et   dans   le   Sud   avec   la   blanquette   de   Limoux.   Dans   le   Lauragais,   c’est   l’agriculture   céréalière   qui   domine tandis   que   dans   la   Montagne   Noire   seul   l’élevage   de   moutons   est   possible.   De   plus,   on   observe   depuis   peu   une   augmentation   de   la culture d’oliviers en vue de produire de l’huile d'olive. Port-la-Nouvelle   est   le   premier   port   de   pêche   du   département   suivi   du   port   de   Gruissan.   En   1996,   l’Aude   comptait   127   navires   de pêche dont 75 à Port-la-Nouvelle et 52 à Gruissan. Ces navires se répartissaient comme suit :     chalutiers : 19 à Port-la-Nouvelle,     thoniers : 2 à Port-la-Nouvelle,     petits métiers : 106 dont 54 à Port-La-Nouvelle et 52 à Gruissan. Les   petits   métiers   correspondent   à   des   embarcations   de   type   barque   avec   un   seul   homme   pêchant   en   étang   ou   des   embarcations   de type   vedette   pêchant   au   large   des   côtes   et   emmenant   au   maximum   trois   personnes.   85%   des   embarcations   de   petits   métiers   sont destinées à la pêche en étang comme dans l’étang de Thau. 3.2 Viticulture La   viticulture   est   la   première   économie   du   département.   Les   terroirs   de   l’Aude   sont   variés   et   de   caractère.   La   viticulture   a   connu ses   heures   de   gloire   mais   aussi   de   grandes   difficultés.   Aujourd’hui,   elle   s’est   adaptée   et   doit   encore   s’adapter   à   un   marché   difficile et   changeant.   Ce   sont   les   Grecs   qui   implantent   la   vigne   en   Aude   et   les   romains   qui   fixent   les   droits   d’exploitation.   Les   premières vignes sont plantées dans le Minervois au Ier siècle.
Carte des vignobles de l’Aude Mais   la   vigne   et   le   vin   ne   sont   produits   que   pour   un   usage   courant   et   d’autosuffisance   pendant   des   années.   Les   céréales   et   les oliviers   dominaient   les   plaines   fertiles   de   l’Aude.   C’est   au   début   du   XIXe   siècle   que   le   vin   se   développe   dans   l’Aude   et   le   reste   du Languedoc-Roussillon.   Le   vin   devient   un   produit   de   consommation   courante.   Les   rendements   sont   nécessaires   et   la   vigne   remplace les   céréales   dans   les   plaines.   Une   première   période   de   prospérité   est   importante   vers   1850   avant   que   le   phylloxera   fasse   sont apparition   vers   1870.   À   la   fin   du   XIXe   siècle,   l’Aude   connaît   une   deuxième   période   faste   mais   la   crise   viticole   se   déclenche   en   1901 à   cause   d’une   production   importante,   de   fraudes   et   de   méventes.   Elle   atteint   son   paroxysme   lors   de   la   révolte   des   vignerons   en 1907.   Les   viticulteurs   se   regroupent   alors   un   groupement   de   coopérants   et   s’organisent   pour   éviter   les   fraudes   et   la   tromperie.   En 1919   puis   en   1935,   une   loi   sur   les   AOC   est   adoptée   sous   l’impulsion   de   Jean   Capus.   L’INAO   est   dès   lors   mis   en   place   comme organisme de contrôle et d’applications de décrets. Après   la   seconde   guerre   mondiale,   le   vignoble   est   redynamisé   et   la   région   vit   d’une   viticulture   de   masse.   Le   vin   est   produit   en grande   quantité   et   satisfait   une   population   peu   exigeante.   Il   faut   fournir   un   produit   en   grande   quantité   à   très   bas   prix.   En   1970,   le marché   a   évolué   remplaçant   la   quantité   par   la   qualité   et   provoquant   une   seconde   crise   viticole.   De   nombreuses   manifestation, négociations   et   attentats   paralysent   la   région   et   l’économie.   Émile   Pouytès   et   le   CRS   Joël   LE   Gof   meurent   tragiquement   à Montredon-des-Corbières   le   4   mars   1976   durant   cette   crise.   Une   large   évolution   de   la   viticulture   audoise   se   met   en   marche   avec une réorganisation de la profession et du vignoble. La qualité doit alors devenir la marque du vin de l’Aude. L’Aude   a   un   terroir   riche   et   varié.   Le   soleil   est   très   présent   et   permet   de   produire   un   vin   de   qualité.   De   nombreux   crus   sont présents   dans   le   département   allant   des   vins   de   table   aux   AOCS   en   passant   par   les   vins   de   pays   et   les   VDQS.   On   distingue   sept zones principales de production :     le vignoble du Cabardès (1),     le vignoble des Corbières (6),     le vignoble des Côtes de la Malepère près de Carcassonne (2),     le vignoble des Coteaux-du-Languedoc dans la plaine du Narbonnais (5),     le vignoble de Fitou (7),     le vignoble de Limoux (3),     et le vignoble du Minervois (4). Ces   zones   produisent   différents   vins   comme   la   blanquette   de   Limoux,   le   crémant   et   chardonnay   du   Limouxin,   la   Clape,   les Corbières, le Fitou ou le Cabardès. 3.3 Industrie et énergie L’activité   industrielle   est   fortement   représentée   dans   la   haute   vallée   de   l’Aude   surtout   dans   l’arrondissement   de   Limoux   depuis   la fin du XIXe siècle. Aujourd’hui encore, l’usine de brique (groupe Lafarge) de Limoux est en pleine expansion. Mais   depuis   les   années   1970,   l’industrie   connaît   un   rapide   déclin   des   industries   traditionnelles   comme   la   chaussure   ou   le   chapeau. Elle   est   surtout   présente   aujourd’hui   dans   l’arrondissement   de   Narbonne,   notamment   avec   les   installations   portuaires   et   les dépôts pétroliers de Port-la-Nouvelle. À   partir   de   1889,   la   haute   vallée   de   l’Aude   connaît   un   essor   important   de   l’hydroélectricité.   Elle   fut   même   le   premier   département dans   le   transport   et   la   production   d’hydroélectricité   grâce   aux   usines   d’Alet   et   de   Quillan.   Sous   l’impulsion   de   Joachim   Estrade   fut créé   la   Société   méridionale   de   transport   de   force   (SMTF)   qui   devient   la   première   société   d’électricité   en   France   en   1901.   L’usine d’Axat-Saint-Georges alimentait les villes de Carcassonne et de Narbonne avec du 20 000 volts. Aujourd’hui,   le   département   de   l’Aude   est   le   premier   département   en   ce   qui   concerne   le   nombre   d’éoliennes   installées.   Il   existe 113   éoliennes   en   fonctionnement.   Elles   ont   une   puissance   d'environ   91   MW   et   produisent   une   quantité   d'énergie   qui   représente   la consommation   domestique   d’électricité   d’environ   100   000   personnes[6].   Avec   la   multiplication   de   ces   installations,   la   préfecture cherche   à   mettre   en   place   en   concertation   avec   tous   les   acteurs   (habitants,   industriels,   etc.)   une   charte   de   bonne   conduite   sur l'éolien. 3.4 Artisanat L'artisanat   est   très   bien   représenté   dans   l'Aude.   Il   occupe   plus   de   14,6%   de   la   population   active.   Il   représente   5   400   entreprises dans 250 métiers qui réalisent un chiffre d'affaires de 3 milliards de francs 4 - Démographie Les   habitants   de   l'Aude   sont   les   Audois.   Le   recensement   de   1990   confirme   une   croissance   de   la   population   de   l'Aude   depuis   les années   1960   avec   environ   700   habitants   de   plus   par   an.   Cette   croissance   s'explique   par   le   retour   des   retraités   de   plus   de   60   ans dans leur région d'origine et par l'arrivée d'une population immigrée issue du bassin méditerranéen. Au   dernier   recensement,   la   population   de   l'Aude   représente   0,5   %   de   la   population   française   et   14,1   %   de   la   population   du Languedoc-Roussillon.   Elle   est   essentiellement   rurale   avec   une   densité   de   48   habitants   au   km²   soit   deux   fois   moins   que   la   moyenne nationale.   Les   deux   villes   principales,   Carcassonne   et   Narbonne,   sont   des   villes   moyennes   regroupant   seulement   un   tiers   des habitants du département. Évolution de la population depuis 1975:   5 - Transport Deux   grands   axes   routiers   traversent   le   département   de   l'Aude.   De   l'ouest   à   l'est,   l'autoroute   des   Deux   Mers   ou   A61   permet   de rejoindre   Toulouse   et   Narbonne   en   passant   par   la   préfecture   de   l'Aude,   Carcassonne.   Du   nord   au   sud,   en   suivant   la   côte méditerranéenne, l'autoroute A9 permet de rejoindre l'Espagne vers le sud et Montpellier vers le nord. Le   réseau   ferré   suit   le   même   trajet   que   le   réseau   routier.   Il   est   constitué   d'un   réseau   à   faible   vitesse   mais   un   projet   de construction   d'une   ligne   à   grande   vitesse   en   cours   pour   rejoindre   l'Espagne   dans   le   cadre   du   réseau   ferroviaire   transeuropéen (RTE). Enfin,   l'Aude   est   traversée   par   le   canal   du   Midi   qui   est   un   axe   fluvial   majeur   touristique   permettant   de   passer   de   l'océan Atlantique   à   la   mer   Méditerranée.   Il   pénètre   à   l'ouest   dans   l'Aude   au   niveau   du   seuil   de   Naurouze   puis   rejoint   la   Méditerranée   au niveau de Sète.
Retour Menu Précédant Précédant Suivant Suivant